Ayant vu le jour en Terre Sainte, on s'était attendu, en cet été de 1243, que l'enfant ait pour lui un destin fait de pureté et de lumière. Il n'en fut rien. Fils d'un chevalier démuni de Tripoli, Kern mit fin à son chemin vers l'Eglise à laquelle on le destinait après que son premier mot ait été "mameron" en pressant le sein généreux d'une nonne acariâtre. Il devint donc page, passa même peu de temps échanson du comte, avant d'être pris à terminer la vinasse dans le verre de son seigneur. Plus doué pour monter les uns contre les autres que pour tenir les armes, Kern se forgea des capacités de diplomatie et de médiation hors-normes. Son mépris naissant pour la noblesse "normande" lui fit multiplier les querelles et bagarres, et quand il partit pour le royaume de France, personne ne le retint. Son père mourant lui avait révélé, peu avant son trépas, l'existence d'une fille de taverne sur les terres d'un de ses vieux amis qu'il avait passablement besognée, au point de lui donner une fille. Désirant s'assurer que la gueuse partageant son sang ne termine pas en vulgaire éleveuse de brebis, Kern cingla vers le royaume de France en quête de cette dernière membre de sa famille. Après un long voyage, il trouva sa soeur au milieu d'une vile bande de gredins. Parmi eux, Guillaume le tanneur des bois, dit "Morte-Vesse", suspecté adorateur d'idoles hérétiques et possédé par le démon, et Rémi le boscher, accusé à tort par une jeune fille de son village de l'avoir suivi toute une après-midi dans les bois avec un sourire pervers. Kern accepta de prendre sous son aile cette bien vilaine troupe et s'occupa d'eux comme d'une famille. Devant les attributions généreuses de sa soeur retrouvée, il finit par ressentir le besoin d'aller demander au curé local si trousser la ribaude était vraiment pêché, étant donné que bâtardise il y avait. Ce à quoi le curé de la paroisse répondit "Vous avez beaucoup à confesser, mon fils" et envoya Kern en quête de rédemption, sur les routes de St-Jacques de Compostelle. En chemin, ils croisèrent Aure, une jeune fille poursuivie par Arnaud le roux, un bandit de grand-chemin. A trois contre un, ils parvinrent à le maîtriser, mais Kern l'épargna, et l'intégra même à leur troupe, ce qui lui valut le surnom de Magnanime. Aure se joint également à eux et fini par se révéler un parti bien moins risqué et tout aussi appétissant que sa soeur bâtarde. Une petite balade à Cadix pour s'exercer au combat sur quelques malheureux sarrasins, ce qui était sensé les laver tous de leurs pêchés, mena à leur rencontre avec un certain Corbin de Kaer Neplech, ce en quoi certains verront la pénitence tant méritée par cette vie d'inconvenances.

  • Dernière mise à jour le .
Les Corbins Escoÿeurs de Macy
Nous rencontrer ? Nous écrire ? Faire un entraînement avec nous ? Etablir un devis ? Obtenir de plus amples précisions ? Nous convier à un événement ?
N'hésitez pas, nous sommes à votre écoute :
Tous droits réservés - Les Corbins 2017 - Toute reproduction ou utilisation de nos contenus ne peut se faire qu'avec notre accord.