Hyppolite de Lyon (photo)Hyppolite de Lyon

Hippolyte de Lyon

Surnom :

Devise :

Grade :

Biographie :

Né dans le quartier de Saint-Paul à Lyon en 1224, baptisé Hippolyte en référence au saint Hippolyte de Belley[1] et instruit par les moines de la paroisse Saint-Paul, Hippolyte a vécu de petits travaux dans le quartier de Saint-Paul (de jardinier à collecteur de taxes, en passant par de menus larcins pas toujours bien avouables mais toujours effectués pour le bien de Saint-Paul, bien-sûr). Marié à 18 ans, sa femme est morte en couche 10 mois plus tard. Son dévouement aux chanoines s’est alors renforcé, et il ne s’est point remarié.

Les notables du patriciat Lyonnais ont de moins en moins de respect pour le trône épiscopal depuis la révolte de 1208, et les liens qui unissaient la bonne ville de Lyon à l’Angleterre ne sont que souvenirs. Hippolyte est souvent pris à parti dans le quartier par les fils Varey, qui boivent plus que de raison et que l’éducation de leur bourgeois de père a rendu imbus et bien peu charitables (que le diable les emporte et que Saint-Paul pardonne à Hippolyte pour ce qu’il a fait en l’an de grâce 1261).

En 1264, il prend la route pour un pèlerinage pour visiter les reliques de l’apôtre Saint-Jacques, en Galice. Passant par Puy Notre Dame (en Velay), Sainte Foy de Conques, Saint Pierre de Moissac, Sanctus Johannes Sub Pede Portus (Saint-Jean-Pied-de-Port), Burgos et enfin Saint Jacques de Compostelle, le tout en empruntant la via Podiensis.

Au retour de Saint Jacques, il a vu débarquer juste avant Saint Jean Pied de Port une armée Sarrasine constituée d’un seul homme. Après avoir réussi à repousser l’invasion à lui tout seul en arguant que le port d’armes était interdit au Royaume de France depuis plusieurs années, Hippolyte décide de ramener ce bizarre sarrasin nommé Kami (ce dernier était habillé de façon bien étrange, avait une démarche hérétique et surtout ne buvait pas d’alcool, lui) aux portes du monde Chrétien, à Carthagène.

Ils ont alors fait route ensemble et, dans la région de Murcie, ont croisé le Seigneur de Caerneplech et sa Compagnie. Kami a alors sorti une fortune et leur a offert leur place dans la troupe…

 

[1] Né vers 686 en Bourgogne transjurane il part très jeune au monastère de Condat où il est remarqué pour sa grande piété et son austérité. À la mort d'Aufred il lui succède sur le siège de cette abbaye puis il obtient celui de l'évêché de Belley après le décès d'Ansemonde en 755. Décrit comme "attentif aux pauvres, visitant les ladreries (léproseries), les hôpitaux et les prisons", il vit dans son palais de Belley comme il le faisait dans sa cellule. Il a les faveurs de Pépin le Bref, ce qui lui permet d'agrandir Condat, puis de Charlemagne qui lui fait don de plusieurs propriétés considérables en Champagne, en Bourgogne et en Bretagne.

Décédé à un âge avancé, il fut enseveli aux côtés de saint Oyend et de saint Claude à Condat.

  • Dernière mise à jour le .
Les Corbins Escoÿeurs de Macy
Nous rencontrer ? Nous écrire ? Faire un entraînement avec nous ? Etablir un devis ? Obtenir de plus amples précisions ? Nous convier à un événement ?
N'hésitez pas, nous sommes à votre écoute :
Tous droits réservés - Les Corbins 2017 - Toute reproduction ou utilisation de nos contenus ne peut se faire qu'avec notre accord.